Publication « EU Street Violence : Groupes de jeunes et violence dans l’espace public »

La publication  EU Street Violence : Groupes de jeunes et violence dans l’espace public présente les résultats du projet. Elle a pour objet de permettre aux décideurs locaux de mieux comprendre les problématiques qui sont en jeu dans ce phénomène et les différentes politiques et stratégies qui existent pour favoriser l’inclusion des jeunes en tant qu’individus et membres de groupes.

Les partenaires et les experts du projet y résument les enseignements tirés du projet, ainsi que leurs analyses, pratiques et recommandations. Cet ouvrage rassemble les contributions d’experts de l’Efus et des Forums belge, espagnol et français pour la sécurité urbaine, du sociologue Marwan Mohammed, de l’experte en genre Marie-Dominique de Suremain (Psytel, France), du consultant portugais Franciso Empis, d’experts de la région Emilie Romagne (Italie), d’Andy Mills du National Community Safety Network (NCSN, Royaume-Uni) et de professeurs des universités de Tubingen et d’Amsterdam (VU), ainsi que de l’Institut néerlandais de recherche sur la criminalité et le droit.

 

 

Pour plus d’information sur la publication et son contenu, consultez la brochure en anglaisespagnol et italien

 

La publication complète peut être téléchargée en FR, ENG, ES, et IT :

EU Street Violence: Groupes de jeune et violence dans l’espace public

EU Street Violence: Youth Groups and Violence in Public Space

EU Street Violence: Grupos de jóvenes y violencia en el espacio público

EU Street Violence: Bande giovanili e violenza nello spazio pubblico

Violence de rue : expériences portugaise et européennes – Séminaire à Lisbonne – 25 octobre 2012

Environ 90 personnes ont participé à ce séminaire qui a eu lieu au quartier général de la police municipale de Lisbonne. De nombreux agents des différentes polices portugaises étaient présents. 

Dans son allocution d’ouverture, Guilherme Pinto, maire de Matosinhos et président de l’Efus, a rappelé aux participants que les causes de la violence de rue ainsi que la façon dont elle se produit sont les mêmes dans de nombreux pays. Les réponses doivent donc être similaires et la mission de l’Efus est de faire en sorte que les meilleures réponses soient connues et accessibles à tous.

Le séminaire a débuté par une présentation du projet Reco Street Violence. Les participants ont été invités à soumettre leur travail sur le site web du projet afin que l’Efus puisse compiler les meilleures pratiques dans ce domaine.

Le séminaire s’est poursuivi avec un certain nombre de présentations sur l’expérience des forces de police portugaises, nationale et municipale. Les statistiques indiquent une baisse de la criminalité depuis quatre ans, dans un contexte où la criminalité ne cesse d’augmenter depuis dix ans. Tous les intervenants ont souligné que les délits contre la propriété étaient les plus fréquents et qu’une majorité de ces délits sont commis par des jeunes. Les intervenants étaient unanimes à estimer que la prévention est l’approche la plus efficace contre la violence de rue.

Deux exemples de groupes criminels ont été présentés, chacun ayant un modus operandi et des objectifs propres. Le fait que ces deux bandes sévissent à Lisbonne illustre les données statistiques selon lesquelles le taux de criminalité à Lisbonne est le plus élevé du Portugal. 

La session qui a suivi était consacrée aux solutions. Un centre de détention pour jeunes gens a présenté son approche innovante : dans cet établissement, ce sont les détenus eux-mêmes qui sont responsables de leur réintégration dans la société. Le centre travaille en collaboration étroite avec les parents et les autres adultes qui interviennent dans la vie des jeunes afin d’assurer leur bien-être. Là encore, on met l’accent sur la prévention pour éviter les délits de mineurs et la récidive.

 Au cours de la dernière session, des participants du Royaume-Uni, d’Italie et d’Espagne ont partagé leurs expériences. Andy Mills a présenté les caractéristiques du Royaume-Uni, où il existe différentes forces de police et approches de la criminalité. Les intervenants d’Italie et d’Espagne ont décrit des situations similaires avec une violence de gangs qui est le résultat quasi direct de l’immigration en provenance d’Amérique latine. Deux approches très différentes adoptées par des autorités municipales ont révélé deux manières distinctes de faire face à la présence de gangs.

Le projet EU Reco Street Violence a développé une base de données en ligne pour mettre les connaissances et les bonnes pratiques sur les violences commises par des groupes de jeunes à disposition des praticiens, des universitaires et des décideurs politiques. A cette fin, les participants au projet ont analysé un grand nombre de documents, recommandations et pratiques. Une étude des pratiques mises en oeuvre dans les villes et régions européennes est en cours.

 

EU STREET VIOLENCE at Efus’ international conference

The EU STREET VIOLENCE project presented its results as part of the international conference « Security, Democracy and Cities: The Future of Prevention« , which took place 12, 13 and 14 December in Aubervilliers and Saint-Denis (France) and which brought together 900 people from 40 countries including representatives of 200 local authorities.
Click here to learn more and see the film on the conference.

 

The project and its partners and experts contributed with the results of the project the thematic session on « Collective Violence » to the conference, Friday 14 December 2012 from 9.30 to 12.00,  in the Espace Champion. External speakers included the Secretary General of the French National Council of Towns and Cities, Ms Brigitte RAYNAUD, the Secretary General, International Observatory of Juvenile Justice (OIJJ), Ms Cristina GONI, France and Prof . Harald WEILNBÖCK from the European Radicalisation Awareness Network (RAN).
Click here to read the article of the conference Gazette on this thematic session.

The project was also officially presented at the conference. Right after the opening session, Wednesday 12 December 2012 at 16.30., the EU STREET VIOLENCE project opened the zoom session of the conference, which was a series of project presentations, held throughout the conference.

 

Moreover, conference participants could see and test the database at the project’s information stand.

 

EU STREET VIOLENCE à la 31e conférence des ministres de la Justice du Conseil de l’Europe, à Vienne

 

“Les réponses de la Justice à la violence urbaine” : tel était le thème de la 31e conférence des ministres de la Justice du Conseil de l’Europe, qui a eu lieu les 19 et 21 septembre 2012 à Vienne, en Autriche. Suite aux émeutes qui ont eu lieu ces dernières années dans diverses villes européennes telles que Londres, Madrid, Athènes, Paris, Copenhague et Moscou, les 47 ministres et représentants des ministres européens ont débattu de la contribution que la Justic epeut apporter pour prévenir la violence urbaine. Dans la mesure où les jeunes sont au centre de ce phénomène complexe et où les technologies de l’information ont rendu ce type de violence plus difficile à prévoir que dans le passé, la conférence a mis l’accent sur deux thèmes : “Les mineurs, en tant qu’auteurs et victimes” et “Les groupes organisés et leurs nouveaux moyens de communiquer”.

Le Forum européen était invité à contribuer aux débats sur les groupes organisés et les technologies de l’information, ainsi qu’à présenter le projet EU Reco Street Violence qu’il pilote. L’Efus a souligné certains problèmes nouveaux liés à l’utilisation des technologies de l’information, mais a aussi rappelé que celles-ci ne changent pas fondamentalement la donne, comme le montrent les phénomènes des gangs de jeunes et les émeutes ou rassemblements spontanés. Il convient bien sûr de prendre en compte ces technologies comme un nouveau type de menace et un nouvel outil mais fondamentalement, le problème de la violence urbaine demande une approche holistique, pluridisciplinaire et fondée sur les connaissances. De plus, une telle approche doit être ancrée au niveau local et s’appuyer sur la participation citoyenne.

Les ministres européens sont convenus que la violence urbaine demande une réponse rapide du système judiciaire, mais aussi que celui-ci ne peut pas résoudre seul les causes fondamentales de cette violence. Il faut aussi, ont-ils souligné, mettre en place des mesures préventives pour donner des perspectives aux jeunes. Dans leur résolution finale, les ministres ont rappelé combien il est important de “développer une justice adaptée aux enfants” et les mesures de justice réparatrice.

Pour plus d’information sur la conférence et pour télécharger le texte intégral de la résolution, voir le site web de la conférence.

Conférence intermédiaire « EU Reco Street Violence » à Bologne

La conférence intermédiaire du projet EU Street Violence organisée à la région Emilie-Romagne a réuni le 28 juin 2012 une centaine de personne pour échanger des expériences sur la question de la violence commise par des groupes de jeunes dans l’espace public.

Dans son discours d’ouverture, Simonetta Saliera, vice-présidente de la Région Emilie-Romagne, a notamment expliqué que bien que la région soit peu touchée par le phénomène, des études menées en partenariat avec l’Université de Bologne ont montré qu’elle présentait un certain nombre de conditions sociologiques, démographiques et sociales, favorables à son développement. C’est pourquoi elle mène dans ce domaine une politique de prévention, en alliant recherche et travail sur le terrain.

Rossella Selmini, responsable du service sécurité de la Région Emilie-Romagne et représentante du Forum italien pour la sécurité urbaine (FISU), a ensuite présenté le contexte historique de la violence des jeunes en Italie, où le contrôle social informel exercé par la famille, qui a pendant longtemps constitué un rempart aux déviances, tend aujourd’hui à disparaitre. C’est dans ce contexte que la Région a souhaité participer au projet EU Street Violence, financé parla Commission européenne. Une étude de cas dont l’objectif était de définir les caractéristiques des bandes de jeunes en Emilie-Romagne a ensuite été présentée par Stefania Crocitti, chercheuse en criminologie à l’Université de Bologne.

La conférence s’est poursuivie par deux tables rondes. La première, animée par des experts, était consacrée au partage d’informations sur les violences de rue et le phénomène de gangs dans différents pays européens (Belgique, Espagne et France). La seconde était consacrée à la question suivante : comment gérer les groupes de jeunes perturbateurs ? Des représentants de la ville de Rotterdam (Pays-Bas) et du National Community Safety Network (NSCN, Royaume-Uni), un sociologue de l’Université de Gênes et le responsable prévention de la police de Bruxelles-Ixelles ont présenté les recherches et pratiques mises en œuvre par leur organisation/institution.

La conférence s’est conclue par la présentation de la base de données et des premiers résultats du projet par Psytel, entreprise à but non lucratif et partenaire du projet.

Cinq questions sur les violences commises par des groupes de jeunes dans l’espace public

Le projet “EU Reco Street violence” a pour but de rendre accessible aux acteurs de terrain, universitaires et décideurs les connaissances et les bonnes pratiques liées aux violences commises par des groupes de jeunes dans l’espace public.

Pour ce faire, il a été prévu de développer une base de données en ligne afin de rassembler les analyses, les recommandations et les pratiques.  Nous vous serions très reconnaissants de participer à l’avancement de ce projet en répondant à un court questionnaire ci-dessous. 

Pour accéder au questionnaire cliquez ici.

EU Reco Street Violence – Conférence intermédiaire « La violence de rue en Europe » – 28 juin 2012 – Bologne (Italie)

Le projet EU Reco Street Violence développe une base de données en ligne pour rendre les connaissances et les bonnes pratiques en matière de violence commise par des groupes de jeunes accessibles aux praticiens, universitaires et décideurs politiques. 

A cette fin, les partenaires du projet ont rassemblé et revu un grand nombre de documents, de recommandations et de pratiques. Ils sont actuellement en train d’effectuer une étude européenne sur les pratiques mises en place dans les villes et régions européennes. 

La conférence intermédiaire est l’occasion de présenter les premiers résultats de cette recherche ainsi qu’une version beta de la base de données. Elle permettra aussi de lancer la discussion avec les universitaires, experts et praticiens sur l’utilisation de l’information qui a été rassemblée : que savons-nous de la violence de rue en Europe ? Comment gérer les groupes de jeunes fauteurs de troubles ? 

La conférence sera interprétée en anglais, français et italien. 

Click ici pour le programme prévisionnel.

Si vous voulez assister à cette conférence, merci de contacter :
streetviolence@efus.eu

Click ici pour les informations pratiques.